• fr

Détails techniques

Appui sur un mur

Les prédalles sont posées sur un mur mis à niveau. Si le mur n’est pas de niveau,
vous devez prévoir un lit de mortier-colle.

La largeur d’appui est généralement d’environ 5 cm, pour éviter de devoir étançonner aux appuis (vous trouverez plus de précision au point B.6.2).

Dans le sens de portée, les armatures sont dépassantes suivant les conditions d’ancrage décrites par l’Eurocode 2 et définies par le bureau d’études.

Joint entre prédalles

Dans le sens longitudinal, les prédalles se posent sur un mur, une poutre, … le joint est rempli avec du béton de seconde phase et la liaison est réalisée par l’armature supérieure posée sur chantier.

Dans le sens transversal, les prédalles se posent côte à côte.

Un treillis est posé sur le joint entre les prédalles pour assurer la liaison.

Ce treillis est dimensionné par le bureau d’études. La section correspond au
minimum à la section d’acier transversal de la prédalle.

 

 

Raccord des prédalles avec un élément coffré

Les prédalles peuvent être associées sans problème à des éléments coffrés et bétonnés sur chantier. Dans ce

cas, le coffrage de l’élément réalisé sur chantier sert comme élément d’appui pour les prédalles.

Seul, l’élément coffré sur place sera plafonné, il sera donc utile de coffré un peu en retrait pour assurer un raccord propre entre le plafonnage et la prédalle.

Les armatures relevées en baïonnettes évitent la collision entre les armatures de la prédalle et celles de l’élément coffré.

Les aciers de liaison complémentaires entre la prédalle et l’élément coffré sont mis en place sur chantier.

 

Raccord des prédalles avec une poutre préfabriquée

Les prédalles se posent comme sur un mur ou un support, suivant les indications du
bureau d’études.

Une fois le béton coulé sur place, l’homogénéité de l’ensemble permet d’ajouter l’épaisseur du plancher à la hauteur statique de la poutre.

Cette solution élégante permet une utilisation optimale des matériaux.

 

Prédalle avec cage d’armature

Afin de reprendre des surcharges ponctuelles ou linéaires, les prédalles peuvent être pourvues d’une cage d’armature, suivant le calcul du bureau d’études.

Les cages d’armature sont réalisées en usine et intégrées dans les prédalles.

De cette manière, le client évite de couper, plier, assembler et poser ces armatures sur chantier.

Dans certains cas, la hauteur de la poutre nécessaire pour reprendre
les surcharges ponctuelles ou linéaires est supérieure à l’épaisseur du plancher.

La hauteur maximale de la cage d’armature est limitée à 30 cm.

Des hauteurs plus grandes sont réalisables en tant que pièces spéciales.

 

 

 

 

 

 

Raccord de prédalle à une poutrelle métallique

La prédalle est étançonnée à la hauteur adéquate. L’entraxe entre les étançons est fixé par le bureau d’études.

Le coffrage nécessaire au bétonnage est fixé au madrier de l’étançon de montage.

 

Prédalle posée dans une poutrelle métallique

Une prédalle peut être posée sur la semelle inférieure d’une poutrelle métallique.

Ce procédé ne nécessite aucun coffrage.

Les conditions d’appui sur la poutrelle sont définies par le bureau d’études.

 

Poutrelle intégrée dans le plancher, sans plafonnage de la poutrelle

Les prédalles sont étançonnées au même niveau que la poutrelle.

On laisse un jeu de 1 ou 2 cm entre poutrelle et prédalle pour assurer une pose aisée sur chantier. Cet espace sera comblé par le béton de seconde phase.

On prévoit des armatures en baïonettes pour assurer l’appui nécessaire et permettre une pose aisée

 

Poutrelle intégrée dans le plancher, avec plafonnage de la poutrelle

La prédalle peut être étançonnée légèrement en dessous du niveau de la poutrelle.

Cette solution permet, après fixation d’un métal déployé ou d’un support de plafonnage adéquat, le plafonnage de l’aile inférieure de la poutrelle à fleur du plancher.

En général, le niveau inférieur de la prédalle est placé 2cm sous le niveau inférieur de la poutrelle métallique.

 

Prédalle isolée par le dessous

Des plaques de fibres de ciment ou de polystyrène extrudé peuvent être fixées en cours de production sous la

prédalle. Ces plaques seront ancrées dans la prédalle tous les 40-60 cm à l’aide de goujons spéciaux.

Pour des raisons techniques dépendantes du recouvrement minimum de béton et du diamètre maximal des aciers, l’épaisseur de l’isolant est limitée à environ 2.5 cm.

Les épaisseurs supérieures sont disponibles en tant que pièces spéciales.

 

Prédalle avec bloc de polystyrène

Dans certains cas, il peut être intéressant d’alléger le poids propre du plancher en
incorporant des blocs de polystyrène (ou autre pièce permettant de créer un poids
volumique inférieur à celui du béton).
Pour ce faire, on remplace donc le béton proche de l’axe neutre par des blocs de polystyrène.

Par cette technique, il est possible d’optimiser la quantité d’acier dans la dalle ainsi que le dimensionnement des tous les éléments constructifs qui s’en suivent.

De plus, les blocs de polystyrène améliorent le coefficient thermique (U) entre deux niveaux.

 

Prédalle avec larmier, étrier de bord libre et chanfrein

Les prédalles peuvent-être pourvues d’étriers aux bords libres, de larmiers et de chanfreins.

 

Prédalle avec bord bétonné

Les prédalles peuvent être réalisées avec un ou plusieurs bords bétonnés,

chanfreinées et avec incorporation d’un larmier.

Le masticage/lissage des faces visibles est à réaliser par le client.

Ce système permet d’économiser sur les travaux de coffrage de balcons toujours coûteux.

La hauteur du bord bétonné est limitée à 30 cm

Prédalle à bord préfabriqué en béton fibré

Les prédalles peuvent être réalisées avec un bord de béton fibré. Le chanfrein et le larmier sont intégrés sur l’élément en béton fibre. Le béton fibre ne peut être assimilé à un élément en béton architectonique ; il doit être mastiqué.

Les coupes obliques des éléments en béton fibré sont réalisables.

Les hauteurs standards sont : 16, 18, 20, 24, 25 et 30 cm.

La longueur maximale d’un bord longitudinal en béton fibre est de 3,5m ; ce pour éviter la fissuration de l’élément.

Prédalle pourvue d’élément de coupure thermique

Afin de répondre aux critères d’isolation demandés, les prédalles peuvent-être pourvues d’éléments de coupure thermique de plusieurs marques et de types différents.

Le type d’élément à installer doit être dimensionné suivant les critères d’isolation et de stabilité requis. Ces éléments sont dimensionnés par le bureau d’études.

Raidisseurs spécifiques pour un étançonnement plus écarté

La production de prédalles nécessitant un étançonnement plus écarté est réalisable.

Dans ce cas, des raidisseurs avec une barre supérieure plus épaisse sont nécessaires.

Le délai de livraison de ces raidisseurs est à convenir.

Raidisseurs « montaquick »

Le système Montaquick est une exécution spéciale des prédalles.

Les raidisseurs classiques sont remplacés par les raidisseurs « Montaquick ». Ceux-ci comportent un caisson supérieur en tôle pliée, bétonné en usine. La combinaison du béton avec le caisson en tôle augmente fortement la rigidité de la prédalle.

Cette solution apporte l’avantage d’augmenter jusqu’à 3 fois l’entraxe entre les étançons de montage des prédalles.

Cette solution est implémentée lorsque l’étançonnement est difficile à exécuter. Par exemple : pour des hauteurs sous plafond inférieures à 1 m ou supérieures à 5 m.

[Explications prédalles] – [Description de pose]